naar top
Menu
Logo Print
04/03/2019 - ELISE NOYEZ

LES SYSTÈMES DE GESTION DU BÂTIMENT RECUEILLENT DES DONNÉES LIÉES AU BÂTIMENT

gebouwbeheersystemen

SITUATION ACTUELLE

Aujourd'hui, les systèmes de gestion du bâtiment les plus détaillés comprennent à la fois un BMS (Building Management System) et un EMS (Energy Management System). Globalement, ils rassemblent et gèrent donc une série de données liées au bâtiment, et qu'à des fins différentes.

POURQUOI UN SYSTÈME DE GESTION DU BÂTIMENT?

Les objectifs des systèmes de gestion du bâtiment sont, entre autres:

  • permettre un échange de données avec le gestionnaire du bâtiment;monitorer et ajuster la performance du bâtiment et des installations techniques afin d'augmenter l'efficacité énergétique;
  • monitorer les schémas d'utilisation et y adapter les fonctionnalités afin d'améliorer l'expérience de l'utilisateur et l'efficacité énergétique;
  • commander de manière centralisée différentes installations et techniques dans le bâtiment;
  • harmoniser différentes techniques du bâtiment.

DE LA TECHNIQUE DE COMMUTATION AU SGB

Dans la pratique, les systèmes de gestion du bâtiment se sont développés à partir de l'automatisation des installations HVAC (quelques exemples simples: les réglages thermostatiques et les réglages en cascade automatisés de plusieurs chaudières). Cette commande a évo­lué de la technique de commutation à l'électronique et aux plates-formes d'automatisation plus larges, auxquelles on a ensuite ajouté une fonction de visualisation et sur lesquelles ont été greffées d'autres techniques. Ainsi, de nos jours, on associe régulièrement dans le système de gestion du bâtiment l'éclairage, le contrôle d'accès, les ascenseurs, l'eau chaude sanitaire et la protection incendie.

En fonction de la complexité du système, il est possible d'effectuer des fonctions de visualisation, de commande et/ou de diagnostic con­cernant ces techniques.

GBS met lokale sensoren en controllers

Représentation schématique d'un SGB avec les capteurs et contrôleurs locaux; les commandes DDC; et le niveau de serveur avec interface web pour le monitoring et la commande

TROIS NIVEAUX

Les systèmes de gestion du bâtiment actuels sont élaborés sur trois niveaux:

  • sensorlevel: à ce niveau se trouvent tous les capteurs – capteurs de température, détecteurs de présence, capteurs de CO2, manomètres, … – qui collectent des informations à propos du bâtiment et transmettent ces données au niveau du controller. Pour des raisons de fiabilité et de facilité d'entretien, on opte souvent dans les projets de nouvelle construction pour des capteurs avec une alimentation réseau, mais il existe aussi des capteurs sans fil, qui ont une durée de batterie tellement longue (dix à quinze ans) que leur coût d'entretien est plus faible que le coût de câblage classique. Dans les projets de rénovation, on utilise plus régu­lièrement des capteurs sans fil;
  • controller level: les capteurs sont directement raccordés aux commandes et aux con­trôleurs des différentes techniques. Cette capacité de processing se trouve encore en grande partie dans les tableaux électriques situés dans les locaux techniques, mais elle se déplace progressivement vers le centre de données;
  • serverniveau: toutes les données qui sont rassemblées par les capteurs et les con­trôleurs, arrivent au final au niveau du serveur. Les serveurs peuvent se trouver soit dans un centre de données ou un espace serveur, soit dans le cloud. A ce niveau-là, le gestionnaire du bâtiment peut toujours surveiller (via des stations, des navigateurs, un système multimédia, …) l'utilisation et le fonctionnement du bâtiment et intervenir si nécessaire.
gebouwbeheersysteem
Un système de gestion du bâtiment comprend souvent, en plus du BMS (Building Management System) un EMS (Energy Mana-
gement System, selon ISO 50001)

Les niveaux sont reliés par un réseau LAN et/ou WAN. C'est ainsi que se passe la communication entre les capteurs et les con­trôleurs. Le réseau peut être mis en place phy­siquement ou sans fil, la préférence dépend de la fiabilité requise. Dans les infrastructures critiques comme les hôpitaux, on optera majoritairement pour des systèmes câblés.